L’hygiène de vie

Alimentation & micronutrition

Avec plus de 300 millions de neurones à son actif, il n’est plus un secret aujourd’hui que l’intestin est notre deuxième, voir notre premier cerveau. Nous savons à présent, par exemple, que près de 80% de la sérotonine et de 30% de la dopamine, hormones participant à la régulation de l’humeur et des émotions, sont sécrétées grâce aux petites bactéries que nous hébergeons dans notre intestin et qui travaillent mains dans la mains avec notre système nerveux entérique ! Alors forcément, pour qu’il fasse bien son boulot, le microbiote a besoin que l’on prenne soin de lui. Et comment prendre soin de lui? En lui apportant la qualité et la quantité de nourriture dont il a besoin.
Et puis, pour assurer le bon fonctionnement de la machine, les systèmes nerveux et hormonaux, principaux déclencheurs d’émotions, ont besoin de certains enzymes, d’acides aminés, de vitamines, de minéraux, d’oligo-éléments et d’acides gras essentiels. Et l’on trouvera tout cela dans une alimentation adaptée et équilibrée.
Enfin, certains aliments altèrent le bon fonctionnement du « système émotionnel ». C’est le cas entre autres du sucre, du gluten, du lait, du glutamate, du café, de l’alcool. Ils seront donc à éviter.

 

La Détox

La détox, on en entend parler de partout maintenant. Mais pourquoi une détox pour la gestion des émotions?
Lorsque l’on digère, que l’on respire, lorsque l’on fait un effort, du sport d’endurance ou intensif, ou bien lorsque l’on stresse (et donc que l’on ressent des émotions à valence négative), notre organisme créé des déchets. Normalement, le corps est si bien fait qu’il élimine par lui même ces déchets par la sueur, la respiration, les selles ou les urines. Cependant, à l’heure d’aujourd’hui, certains aliments ne sont pas physiologiques, on est entouré de pollution en tout genre, et l’environnement dans lequel nous évoluons est de plus en plus stressant. C’est pourquoi l’on créé beaucoup plus de déchets à l’intérieur et le corps s’encrasse. On compte deux types d’encrassement : les colles (mucus) et les cristaux (cailloux). De part leur présence, le corps est gêné, voir ralenti dans ses tâches. On prend du poids, on ressent de la fatigue, de l’insomnie, des maux en tout genre, des problèmes de peau type eczéma, de l’hypersensibilité, de la démotivation, perte de moral et beaucoup d’autres symptômes désagréables. Le système lymphatique, le foie, la vésicule biliaire, les reins, l’intestin, et les autres, chacun peut être victime d’un trop plein de toxines. C’est pourquoi il est important d’accompagner notre précieux corps dans son nettoyage. Le corps redevient libre de fonctionner sans encombre. On lui permet, nous permet, une meilleure fluidité à l’intérieur. Ainsi, on fluidifie la matière, on fluidifie les pensées, on fluidifie les émotions.

 

Les exercices de respiration

Respirer est la première chose que le bébé fait en venant au monde. C’est un geste primordiale et sacré. Malheureusement, ce mouvement est souvent bafoué par les mauvaises habitudes, les vêtements trop serrés, le stress ou encore la pollution. Ce manque d’oxygène est très anxiogène. C’est pourquoi, pour mieux gérer ses émotions, il est important de bien respirer. Pour cela on peut par exemple se mettre une alarme toutes les heures pour nous rappeler de prendre 3 grandes respirations. On peut aussi se faire du bien avec des exercices de pranayama dont le Yoga nous offre les secrets depuis des siècles, ou pratiquer d’autres exercices plus récents comme la cohérence cardiaque.

 

L’exercice physique

En outre de tous les bienfaits décriés des activités sportives sur l’amélioration de la santé et de la capacité d’adaptation de manière générale, elles ont la particularité de permettre à votre organisme de réguler le cortisol (hormone du stress) et de sécréter de l’endorphine qui procure du bien-être. C’est pourquoi le sport fait du bien émotionnellement, tout naturellement. Qui n’a jamais entendue un proche dire « je vais aller courir un peu, ça va me vider la tête ». On s’y « défoule ».
Cependant selon l’émotion la plus présente, on choisira une activité différente. Par exemple, quelqu’un qui ressent beaucoup de colère pourra apprendre le respect de l’autre et la patience tout en se canalisant par les arts martiaux, quelqu’un qui sera peureux pourra développer une assurance en faisant de l’escalade. Si l’on a du mal à s’exprimer, alors la danse pourra devenir un langage.
Le sport est un outils d’approfondissement d’une discipline, mais aussi de connaissance de soi et de ses limites. On cultive la confiance en soi, on se voit évoluer, on se voit grandir et ça fait du bien.